pourquoi les propos de Macron ont provoqué le chaos à l’Assemblée

Alexis Delafontaine, édité par Solène Delinger
06h58, le 05 janvier 2022, modifié à
08h14, le 05 janvier 2022

Coup de tonnerre à l’Assemblée mardi soir. Les propos d’Emmanuel Macron, qui a affirmé dans une interview au « Parisien » vouloir « emmerder » les non-vaccinés, ont eu des répercussions dans l’hémicycle. Les députés de l’opposition, scandalisés, ont obtenu une nouvelle suspension de séance, alors que l’examen du projet de loi sur le pass vaccinal avait déjà pris du retard. 

L’examen du projet de loi sur le pass vaccinal a été de nouveau suspendu
en pleine nuit mercredi en raison du chaos provoqué dans l’hémicycle par les propos du président Macron disant vouloir « emmerder » les non-vaccinés. Les oppositions se sont vivement indignées de cette sortie présidentielle, jugée « indigne » d’un chef de l’Etat. Récit détaillé d’une soirée explosive. 

Un accord pour exonérer les 12-16 ans

Les débats semblaient être bien partis hier soir. Il est 18h quand les discussions sur le pass vaccinal
reprennent dans une ambiance très apaisée. Un accord est même trouvé pour exonérer les 12-16 ans de pass vaccinal pour les activités périscolaires… grâce à une concession du ministre de la Santé.

Tout bascule à 21h, quand une bombe apparait sur le site du Parisien. Le président de la République déclare : « Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder donc j’irai jusqu’au bout »
.  Ni une ni deux, l’opposition s’embrase et refuse de continuer le débat sur le pass vaccinal si le Premier ministre ne vient pas immédiatement clarifier la nature du projet de loi. La question des députés est claire : « Est-ce que le pass vaccinal qu’ils doivent voter a pour but d’emmerder les Français ? ».

La colère des députés

A minuit, la séance est suspendue et, après 1h d’attente, on annonce enfin la venue du Premier ministre à l’Assemblée. Les esprits se préparent donc à questionner Jean Castex. Il faut clarifier la situation. Mais, nouveau coup de théâtre à 2h : la séance reprend sans le Premier ministre, aux abonnés absents.

Certains député laissent alors exploser leur colère. François Cormier-Bouligeon, député LAREM, fonce sur Alexis Corbière, député insoumis
. Front contre front, une altercation éclate dans l’hémicycle. Selon plusieurs témoins, les huissiers sont obligés de les séparer avant que la situation ne s’aggrave. A l’Assemblée, les débats sur le pass vaccinal sont donc au point mort et les tensions à leur maximum.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici