Bob Sinclar raconte sa première rencontre avec Belmondo, qui lui a inspiré son pseudo

INTERVIEW

Sa carrière est à jamais associée à celle de Jean-Paul Belmondo. Le DJ Bob Sinclar, de son vrai nom Christophe Le Friant, doit son pseudonyme à un personnage joué par le célèbre acteur, mort en septembre dernier, dans le film Le Magnifique, sorti en 1973. Dans ce long-métrage réalisé par Philippe de Broca, Jean-Paul Belmondo a le rôle d’un écrivain, François Merlin, qui invente le personnage de Bob Saint-Clar. « Il vit ses rêves à travers » ce dernier, souligne le DJ, qui revient, dans l’émission Culture Médias, sur sa première rencontre avec l’acteur.

« J’étais en Espagne, et on m’a dit qu’il voulait me voir à Cannes »

« J’ai eu la chance de le rencontrer », retrace le DJ. « Ça s’est fait un peu bizarrement. Un de ses amis s’occupait de lui après sa maladie, et il m’a appelé un jour. J’étais en Espagne, et il m’a dit : ‘Demain, Monsieur Belmondo veut déjeuner avec vous sur la plage, à Cannes, donc il faut être là à midi' », raconte Bob Sinclar, qui, sur le coup, se souvient d’avoir « failli être désagréable ».

Mais le demande était bien réelle. « Son ami m’a dit que Jean-Paul Belmondo avait vu un avion passer avec mon nom, Bob Sinclar, (qui m’annonçait) ce soir dans un club à Cannes, donc il aimerait bien déjeuner avec moi. C’était le lendemain, j’étais comme un fou », en sourit-il.

« Comme si on se connaissait depuis 30 ans »

Le DJ a bien entendu accepté cette demande inattendue de l’acteur. « Je n’ai pas dormi du tout. J’ai pris un avion, je suis arrivé à midi à Cannes, et j’ai déjeuné avec lui. Il y avait Charles Gérard, et c’était comme si on se connaissait depuis 30 ans », se rappelle Bob Sinclar. L’artiste a ensuite multiplié les rencontres avec Jean-Paul Belmondo, dont il était devenu très proche.

« On a continué à se voir. Il y avait des rendez-vous comme ça les étés, l’hiver. On allait déjeuner et dîner ensemble. Il y avait toujours beaucoup de jeunes avec lui, que ce soit Guillaume Canet, Gilles Lellouche… Il aimait bien organiser des choses », confie le DJ. Mais Jean-Paul Belmondo écoutait-il sa musique ? « Non, je ne crois pas, mais ce n’est pas grave », en rigole Bob Sinclar, qui se voit bien continuer de mixer jusqu’à ses 80 ans et plus : « C’est possible si je suis physiquement encore alerte. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici