Les enseignes misent sur les promos et les avantages fidélité pour alléger la note

Les distributeurs cherchent à répercuter le moins possible la hausse des prix sur les consommateurs.

Mars s’annonce chaud dans les rayons. Une fois bouclées les négociations tarifaires entre les industriels des produits de grande consommation et les distributeurs, les clients subiront la hausse des prix. Dans un marché très concurrentiel, les enseignes auront à cœur de rendre cette inflation la plus indolore possible.

Pour éviter une hausse des prix trop brutale en mars et en avril, certaines ont déjà commencé à relever leurs prix en décembre, de 3 % à 4 % selon le panéliste Nielsen. D’autres maintiennent pour l’instant leurs étiquettes inchangées. «Les premiers baisseront peut-être un peu leurs prix en début d’année ou les augmenteront un peu moins que les autres au printemps», anticipe Emmanuel Cannes, manager chez Nielsen IQ. Pour reporter encore l’échéance, d’autres ont passé de plus grosses commandes de produits avant que les tarifs 2022 n’entrent en vigueur pour bénéficier un peu plus longtemps de ceux de 2021.

Les distributeurs pratiqueront surtout à nouveau un art dans lequel ils…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici