Stellantis passe à l’électrique aux États-Unis

Le groupe automobile va ouvrir avec LG une «giga-usine» de batteries en Amérique du Nord en 2024.

Stellantis passe la cinquième dans l’électrique. Le groupe issu de la fusion entre PSA (Peugeot, Citroën…) et FCA (Fiat, Chrysler…) va ouvrir en partenariat avec l’industriel sud-coréen LG une usine de batteries en Amérique du Nord. Cette «gigafactory» d’une «capacité de production annuelle de 40 GWh», selon Stellantis entrera en service au premier trimestre 2024. Les batteries qui sortiront de ce site seront livrées aux usines d’assemblage de voitures du groupe aux États-Unis, au Canada et au Mexique.

Si Stellantis construit ce site, c’est qu’il a de grandes ambitions pour la voiture électrique aux États-Unis. Son objectif est que ces véhicules propres représentent plus de 40 % de ses ventes dans ce pays à l’horizon 2030. Ouvrir des usines de batteries pour accélérer la conversion à la propulsion électrique, tous les constructeurs automobiles ou presque font ce mouvement en ce moment. Fin septembre, Ford a dévoilé avec l’industriel sud-coréen SK Innovation un projet pour construire trois

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici