Ankorstore, la place de marché en ligne devient la 24ème licorne française

Ce site internet séduisait au départ surtout des petites marques de créateurs. Mais des griffes plus connues y ont fait leur entrée ces derniers mois.

Un anchor store, en anglais, est «un magasin qui attire les visiteurs dans les rues commerçantes». C’est pour redonner aux petits commerçants indépendants une capacité d’attraction que Pierre-Louis Lacoste, Nicolas d’Audiffret, Nicolas Cohen et Mathieu Alengrin, des spécialistes de l’e-commerce passés par Etsy ou Vestiaire Collective, ont créé la place de marché Ankorstore il y a deux ans.

Il ne lui aura pas fallu longtemps pour devenir une licorne, c’est-à-dire une entreprise valorisée plus de 1 milliard de dollars. La place de marché vient de lever 250 millions d’euros auprès des fonds Bond et Tiger Global, avec la participation d’Eurazeo, Coatue, Index Ventures, Bain Capital Ventures, GFC, Alven et Aglae. Ankorstore avait déjà levé 84 millions d’euros en mai 2021. Depuis lors, ses effectifs sont passés de 40 à 400 personnes.

Simplifier l’approvisionnement

«Beaucoup d’entreprises se sont attachées à faciliter l’encaissement des commerçants ou encore la gestion de leur boutique en ligne, constate Nicolas Cohen, coprésident d’Ankorstore. Mais le plus gros problème des petits commerçants, c’est l’approvisionnement. Un commerçant ne doit pas vendre la même chose qu’Amazon s’il veut se différencier et attirer les clients.» Or, pour un commerçant indépendant, référencer un nouveau fournisseur n’est pas chose aisée. «Il lui faut aller dans deux salons professionnels chaque année, surfer sur Instagram, contacter les marques, négocier les conditions d’achat avec chacune. Tout cela est extrêmement chronophage», poursuit-il.

Plutôt que ce parcours du combattant, Ankorstore propose de leur donner directement accès à 15.000 marques présélectionnées. Le minimum d’achat, pour le commerçant, n’est que de 100 euros par marque, la livraison est gratuite au-delà de 300 euros, et ils peuvent payer à échéance de 60 jours grâce à un partenariat avec le spécialiste du paiement fractionné Alma.

Ankorstore se rémunère en prélevant une commission de 10 % à 20 % sur les ventes réalisées par les marques, pour qui il est un apporteur d’affaires.

Alors que la place de marché séduisait au départ surtout des petites marques de créateurs, des griffes plus connues y ont fait leur entrée ces derniers mois. Ainsi des cosmétiques Respire, des produits d’épicerie fine Alain Milliat, des jouets Sophie La Girafe ou des vêtements Faguo. Mais «15.000 marques, ce n’est pas encore suffisant, estime Nicolas Cohen. Nous voulons élargir encore notre portefeuille de marques.»

Ankorstore utilisera une partie des fonds levés pour accélérer son développement à l’étranger. La place de marché est déjà accessible dans 23 pays. Le potentiel est considérable: l’Europe compte à elle seule 2 millions de commerçants indépendants, tandis qu’Ankorstore n’en recense pour l’instant que 200.000 parmi ses clients, dont 40 % en France.

Il faut aussi fidéliser ces derniers. Une autre partie des fonds sera consacrée à l’amélioration de l’expérience client. La plateforme et l’expérience d’achat seront peaufinées, et des moyens seront investis dans l’exploitation des données afin de faire des recommandations plus pertinentes aux commerçants. Enfin, pour leur offrir un service client de meilleure qualité, Ankorstore s’apprête à ouvrir une plateforme dédiée à Lille, dotée d’une centaine de collaborateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici