Ces filières de l’agriculture bio qui n’arrivent pas à grandir

Parmi elles, la filière porcine dont 50% des volumes de jambon labellisés AB consommés en France sont importés.

«Lors des États généraux de l’alimentation de 2017, on nous a fait promettre de produire 5 % de porc en bio d’ici à 2022. Nous sommes aujourd’hui à 0,7 %, et déjà en surproduction.» Comme en témoigne un haut représentant de la filière porcine en France, malgré des objectifs publics ambitieux et de généreux soutiens financiers à l’agriculture AB, plusieurs filières agricoles majeures ne parviennent pas à se développer dans le bio en France. Parmi elles, la filière porcine. 50 % des volumes de jambon labellisés AB consommés en France sont importés, essentiellement d’Allemagne et du Danemark.

En cause: une demande pour le bio presque exclusivement tournée vers le jambon. Contrairement à d’autres marchés, les consommateurs français se montrent bien moins gourmands de lardons, jarrets ou pieds de cochon bio. Le producteur peine donc à vendre en bio ces parties du porc. Ce «déséquilibre carcasse» rend l’équation économique difficilement tenable pour un éleveur certifié AB, dont le prix de revient

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici