après les promesses de Macron, les habitants attendent les actes

Frédéric Michel, édité par Manon Fossat
09h55, le 11 janvier 2022

Emmanuel Macron s’est rendu lundi dans les Alpes-Maritimes, et notamment dans la vallée de la Roya, touchée par la tempête Alex il y a quinze mois. L’Etat et les collectivités ont débloqué près de 600 millions d’euros pour reconstruire les routes et surtout le tunnel de Tende, dévastés par les torrents de boue.REPORTAGE

Le président de la République était en visite dans le département des Alpes-Maritimes lundi. Il s’est notamment rendu à Nice où il a parlé sécurité. Mais il est également allé dans la vallée de la Roya
, 15 mois après le passage de la tempête Alex
. Très attendu par les habitants, il a en effet pu constater le travail colossal accompli jusqu’ici, et a promis que cette dernière serait restaurée d’ici à la fin de l’année. Europe 1 s’est rendue sur place.

« Attendons les actes »

Massés sur la place centrale du village de Tende, des habitants remercient le président d’être venu. « Je ferai toujours le suivi. J’aime bien suivre les choses dans la durée », leur assure le chef de l’Etat. Une promesse que cet habitant de la vallée prend au mot. « Le tout c’est qu’il nous répare la vallée de la Roya. Il a fait du bon boulot, mais maintenant il faut finir pour que l’on puisse avoir un accès en Italie », affirme-t-il.

La solution pour rétablir la liaison routière avec l’Italie, c’est justement le tunnel de Tende, en construction depuis des années. Il reste pourtant seulement un kilomètre et demi à creuser, et ce n’est pas le seul problème à régler comme l’explique Sébastien Olharan, le maire de Breil-sur-Roya. « Je pense à la situation des acteurs économiques qui ne pourront pas retrouver une activité normale avant plusieurs années donc nous avons demandé le classement en zone franche. »

Débloquer une aide d’urgence

Le chef de l’Etat, qui a remercié les ouvriers mobilisés pour la reconstruction des vallées, a également tenu à saluer tous ceux qui sont venus en aide à la population. « On a senti un président à l’écoute. Maintenant, attendons les actes, à savoir qu’il puisse débloquer une aide d’urgence de 4 millions d’euros pour permettre aux associations de financer des sinistrés en grande difficulté qui ne seront ni indemnisés par les assurances, ni par le fonds Barnier », lance Jean Stellittano, secrétaire national du Secours populaire. Dans les vallées, au moins une soixantaine de familles seraient concernées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici