Bolt, le challenger d’Uber, se développe tous azimuts

La start-up, qui a levé 628 millions d’euros, se déploie sur le quick commerce et accélère dans les micro-mobilités.

Le variant Omicron et les incertitudes qu’il fait naître pour les entreprises de transport n’effraient pas les investisseurs. En tout cas pas ceux qui misent sur des start-up. Mardi, le spécialiste du VTC, Bolt, qui est actif dans plus de 400 villes réparties dans 45 pays, a levé 628 millions d’euros. Une somme qui donne le vertige: même la néobanque Qonto, qui a fait parler d’elle dans l’Hexagone en collectant mardi 486 millions, est très loin de ce chiffre.

Cela permet au challenger d’Uber d’afficher une énorme valorisation pour une entreprise qui n’est pas en Bourse: 7,4 milliards d’euros. Presque trois fois plus qu’Air France-KLM, coté à Paris. Une envolée qui n’a d’égale que l’appétit de Bolt pour investir de nouveaux marchés: depuis deux ans, la jeune pousse estonienne a ajouté à son activité VTC l’exploitation de trottinettes et de vélos en free floating, la livraison de repas, la livraison de courses en quinze minutes et la location de voitures en libre-service.

Miser sur l’Afrique

Et cette appli, qui…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici