« Après Samuel Paty, nous avons perdu une bataille »

Manon Fossat
08h38, le 19 octobre 2021

Au cours du mois de septembre, un couple d’enseignants de Marseille a reçu par courrier une photo de Samuel Paty, puis une lettre de menaces de mort. Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, était l’invité de Sonia Mabrouk mardi dans Europe Matin. Il a jugé que le sursaut n’avait pas eu lieu en France après l’assassinat du professeur.INTERVIEW

Un couple d’enseignants de l’académie d’Aix-Marseille a été menacé de mort par courriers, l’un d’eux contenant une photo de Samuel Paty, professeur décapité il y a un an en région parisienne. Invité d’Europe Matin mardi, Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat a réagi à ces faits. 

Selon lui, le sursaut n’a pas eu suffisamment lieu en France après le drame de l’assassinat du professeur. « On a commémoré la décapitation de Samuel Paty, c’est-à-dire l’application de la charia sur le territoire français. Parce que tout ça se déroule chez nous. Nous n’avons pas perdu la guerre heureusement mais nous avons perdu la bataille de cette gangrène islamiste qui a aussi touché l’école », a-t-il jugé. 

« L’école c’était le ‘pas de vagues’, mais il a ouvert grand les portes à l’islamisme », a poursuivi le patron du groupe LR au Sénat. Alors que Jean-Michel Blanquer a assuré que le « pas de vagues » au sein de l’Education nationale était terminé, Bruno Retailleau a dit se « méfier des mots ». 

>> Plus d’informations à suivre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici