Avec le canadien Inkbox, Bic se met au tatouage éphémère

Grâce à des rachats ciblés, le roi du stylo à bille mise sur de nouveaux marchés prometteurs.

Une abeille ou une fleur tatouée sur la peau, pour dix à quinze jours. Après les stylos et les rasoirs, Bic se lance dans le tatouage éphémère en rachetant la société canadienne InkBox. Coût de l’opération: 57 millions d’euros au départ, plus un paiement différé dont le montant dépendra des performances de la start-up.

Créée en 2015 par deux frères, lnkbox est leader dans sa catégorie. Elle propose un catalogue de 10.000 tatouages en ligne et la possibilité de créer soi-même un motif. «Cette acquisition est un point de bascule vers toujours plus de créativité, souligne Gonzalve Bich, directeur général de Bic. Nous voulons devenir un des leaders du tatouage semi-permanent, un marché émergent en pleine croissance.»

Il y a quatre ans déjà, Bic a lancé BodyMark, un feutre à tatouage éphémère d’une durée de vie de 1 à 3 jours. L’appétit des millennials pour ce type de dessins a incité le groupe à aller plus loin. Commercialisant ses tatouages entre 10 et 25 dollars l’unité, Inkbox a réalisé 24 millions…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici