La SNCF remplit mieux ses trains depuis la rentrée

En octobre, la fréquentation des TGV est remontée à 90% du niveau d’avant la crise sanitaire.

La SNCF commence à voir le bout du tunnel. « Nos voyageurs sont de retour. Ça repart », affirme Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs. Après avoir plafonné à 50% du niveau d’avant la crise sanitaire au premier semestre, la fréquentation des TGV est remontée petit à petit depuis la rentrée : en octobre, elle atteint les 90%.

Quant à la clientèle d’affaires, elle revient doucement. Ces dernières semaines, 60% des professionnels ont recommencé à se déplacer contre 50% en juin. Ce sont les cadres des PME-PMI qui reprennent le plus le train. Même progression dans les trains du quotidien. Les TER ont retrouvé 90% de leurs voyageurs d’avant la crise sanitaire. En banlieue parisienne, les Transiliens sont à 80%. Un peu plus la semaine. Un peu moins le week-end.

Toutefois, l’opérateur ferroviaire historique ne modifie pas ses prévisions de retour à la normale. « On espère retrouver le niveau d’activité de 2019 en 2023 », souligne Christophe Fanichet. La SNCF dispose pourtant d’autres signes encourageants : le 6 octobre, premier jour où elle a ouvert les réservations pour les billets à Noël et lors des fêtes de fin d’année, elle en a écoulé plus d’un million. « Cela représente une augmentation de 15% par rapport à 2019 », déclare Christophe Fanichet. Dans l’histoire de Ouigo, le TGV low-cost, c’est le deuxième jour où l’on a vendu le plus de tickets.

La SNCF se veut prudente

Ce week-end, qui marque le début des vacances scolaires, plus de 800.000 voyageurs prendront le train. Pour autant, la SNCF se veut prudente car il reste beaucoup d’incertitudes : personne ne sait réellement comment le télétravail modifiera dans la durée les habitudes de déplacement. Même bouteille à l’encre sur l’impact à moyen terme des visioconférences sur les voyages d’affaires.

Surtout, le groupe public se souvient qu’à la rentrée 2020, on croyait à une reprise plus rapide. Personne n’avait anticipé le deuxième confinement de l’automne puis le troisième au printemps 2021. Alors qu’on n’est pas encore à l’abri d’un énième rebond de l’épidémie à l’approche de l’hiver, la SNCF préfère ne pas pécher par optimisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici