Un MOOC pour mieux appréhender et gérer les risques psychosociaux

Alors que les risques psycho-sociaux et maladies psychiques sont en augmentation depuis le début de la pandémie, le conservatoire national des arts et métiers lance un outil pédagogique pour les entreprises.

S’il est aisé pour une entreprise de doter ses salariés d’équipement de protection collectif ou individuel, adaptés aux risques inhérents à leur métier, certaines peuvent se sentir plus démunies lorsqu’il s’agit d’appréhender l’évaluation des risques psychosociaux (RPS). Un sujet d’autant plus préoccupant, que les RPS et maladies psychiques sont en progression depuis l’irruption de la pandémie. Deuxième motif des arrêts longs (supérieurs à 30 jours), ils sont la cause de 17% d’entre eux. La durée moyenne des arrêts longs s’étant étendue de 94 à 105 jours en 2021, selon les données de Malkoff Humanis. Pour aider les entreprises à se pencher sur le sujet, le conservatoire national des arts et métiers, le Cnam (en partenariat avec le groupe de protection social) lance dès ce mercredi, et pour cinq semaines, la deuxième version de son MOOC dédié aux RPS. Cet outil pédagogique, dédié aux services de santé au travail, dirigeants, responsables des ressources humaines, managers et autres acteurs de la prévention, est en accès libre sur la plateforme nationale France Université Numérique. Le programme s’articule autour de plusieurs séquences portant notamment sur les effets et les causes des RPS, les enjeux épidémiologiques économiques et juridiques de leur prévention, ou encore la déclinaison des principales étapes pour anticiper les risques. D’une durée de quinze heures, cet outil comporte des vidéos, mais aussi des témoignages portant sur des actions de prévention réussies. Les apprenants pourront à chaque étape évaluer leurs acquis par des activités non notées.

Guide pratique en préparation

Un peu plus de 102.000 inscrits ont suivi la première cession de ce MOOC. Signe de l’intérêt pour ce sujet, 18% d’entre eux sont allés jusqu’au bout du programme et ont obtenu une attestation de suivi, alors que ce taux oscille entre 8% et 10% pour la plupart des MOOC.

Cet outil pédagogique est «intéressant car il est ouvert à tous, comporte des exemples concrets avec des témoignages, notamment de médecins du travail ou de représentants des salariés syndicaux. Cette crise sanitaire nous a appris à aborder le sujet autrement. Les employeurs ont pris toutes leurs responsabilités durant cette période, et les salariés ont bien perçu tout le sens que cela avait. On a eu dans l’entreprise une dynamique partagée entre l’employeur et les collaborateurs pour protéger la santé des salariés», estime Laurent Pietraszewski, le secrétaire d’État chargé des Retraites et de la Santé au travail. Ce dernier vient d’ailleurs de commander à l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact) d’élaborer un guide pratique pour que les entreprises puissent identifier les RPS à travers un certain nombre de critères précis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici