L’exécutif accuse EDF de charger la barque de ses pertes

INFO LE FIGARO – L’électricien national assure que la mesure gouvernementale limitant à 4% la hausse des prix entraînera un manque à gagner de 8 milliards d’euros en 2022. Un chiffrage contesté en coulisses par l’État actionnaire.

Le gouvernement saigne EDF pour modérer la flambée des tarifs de l’électricité et ne pas s’aliéner les consommateurs à quelques mois de la présidentielle. Tel est le message envoyé par les syndicats d’EDF avec le silence tacite, voire le discret soutien de la direction. Message qui commence à percoler dans le débat public à la suite des annonces du gouvernement de jeudi dernier pour diviser par dix la hausse du tarif régulé de vente et la ramener de 44,5% à 4% au 1er février.

Cette petite musique, de plus en plus bruyante, énerve passablement le gouvernement, qui ne veut pas passer pour le méchant alors qu’il divise par dix la hausse du prix de l’électricité de février.

Vendu à l’avance

Jeudi 13 janvier, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire annonce le détail de ses mesures pour limiter la hausse du prix de l’électricité. La facture sera réglée à parts presque égales par l’État et EDF. La quasi-suppression de la taxe sur l’électricité fera disparaître 8 milliards d’euros des caisses publiques en 2022…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici