«Sortir de l’Otan serait une folie», estime Clément Beaune

Gauthier Delomez
10h21, le 23 janvier 2022, modifié à
10h52, le 23 janvier 2022

Le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes Clément Beaune a abordé les tensions entre la Russie et l’Ukraine qui menacent de se transformer en un conflit armé à la frontière entre les deux pays. « Certains en profitent pour dire qu’il faut sortir de l’Otan, ce serait une folie dans ces moments-là », a-t-il estimé dans « Le Grand Rendez-vous ».

La France guette la situation politique entre la Russie et l’Ukraine. Les tensions grimpent entre deux les pays
, alors que des soldats russes se sont rapprochés de la frontière ukrainienne. Invité de l’émission Le Grand Rendez-vous dimanche, le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, est revenu sur ce conflit à l’est du continent, et sur le rôle que la France et l’Europe doivent jouer. A ce titre, il a estimé que « sortir (la France) de l’Otan, ce serait une folie dans ces moments-là », balayant les positions d’autres candidats à la présidentielle à l’image de Jean-Luc Mélenchon
qui se montrent favorable à ce retrait.

Des tensions « préoccupantes » pour Clément Beaune

Si les tensions sont « préoccupantes » pour le secrétaire d’Etat, la France ne se prépare pas à un « scénario » de guerre chaude, a-t-il affirmé sur Europe 1. Le gouvernement se prépare toutefois « à une situation difficile, avec un menu de sanctions, de conséquences. Les Européens doivent être prêts à tout moment à le faire ». « Ce n’est pas comme si ces situations de tension avec la Russie n’étaient pas complètement nouvelles ou ne pouvaient se reproduire à l’avenir », a rappelé Clément Beaune, qui a souligné que la France entendait « montrer une très grande solidité. J’entends que certains en profitent pour dire de sortir de l’Otan. Ce serait une folie dans ces moments-là de donner l’impression de divisions entre Occidentaux. »

Pour le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, une telle décision serait « le plus cadeau que l’on puisse faire à la Russie ». Clément Beaune a expliqué le rôle important de la France dans la résolution de ce conflit : « Dans les pays baltes, nous avons déjà plus de 300 soldats. En Roumanie, le président (Emmanuel Macron) a indiqué notre disponibilité à renforcer ce flanc de l’Alliance atlantique ». « Ce sont les meilleurs signaux que nous pouvons envoyer de fermeté et d’unité », a ajouté Clément Beaune.

>> Plus d’informations à suivre…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici