Bartolone et Woerth, bientôt les nouvelles prises de Macron ?

Jacques Serais
11h00, le 28 janvier 2022, modifié à
13h59, le 28 janvier 2022

Emmanuel Macron n’est toujours pas déclaré candidat à l’élection présidentielle, mais dans les rangs de la Macronie, tout est prêt. En attendant l’officialisation du chef de l’Etat, la consigne est claire : chasser à gauche et à droite. Selon nos informations, son entourage travaille même actuellement au ralliement de Claude Bartolone et d’Eric Woerth.

La Macronie se met en marche. Emmanuel Macron
n’est toujours pas candidat à l’élection présidentielle
, mais le site internet de sa campagne « Avecvous20022 » a été mis en ligne jeudi et des affiches et des tracts sont également prêts, comme vous le révèle Europe 1
. Le compte à rebours semble donc lancé pour le chef de l’Etat. L’heure est désormais à l’offensive et la majorité dévoile un peu plus la stratégie du président presque candidat. Le slogan en deux mots, « Avec vous », écrit en bleu et rouge sur fond blanc, va être diffusé partout, 170.000 affiches vont être collées et 500.000 tracts seront distribués ce week-end.

Bartolone et Woerth en ligne de mire

Nulle part il n’est fait mention d’Emmanuel Macron ou de La République en marche. Leur objectif est en effet de tenter de se distinguer des autres partis en défendant une ligne surprenante : « Nous ne sommes pas des professionnels de la politique. Parole aux Français ». Emmanuel Macron n’a plus qu’à appuyer sur le bouton mais personne ne sait quand le chef de l’État va se lancer dans la bataille. Un espace temps se dégage tout de même, selon plusieurs sources, entre le 10 et le 15 février.

En attendant, le locataire de l’Elysée a donné pour consigne de chasser à gauche et à droite. Selon nos informations, son entourage travaille actuellement au ralliement de deux personnalités politiques, le socialiste Claude Bartolone, ancien président de l’Assemblée nationale, et le républicain Eric Woerth, ancien ministre de Nicolas Sarkozy et ex-trésorier de l’UMP. Le président LR de la commission des finances de l’Assemblée parle quant à lui d’une rumeur dans le microcosme. Mais ce qui est certain, c’est qu’il n’a pas donné son soutien à Valérie Pécresse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici