Pourquoi Credit Suisse enchaîne les déboires

RÉCIT – Associée à plusieurs scandales financiers l’an dernier, la deuxième banque helvétique a remercié récemment son patron. Sa très faible culture du risque est mise en cause.

L’année commence décidément très mal pour Credit Suisse, qui enchaîne les scandales depuis plus de deux ans. Après un «annus horribilis» en 2021 en raison de son implication dans deux tempêtes financières retentissantes, la deuxième banque helvétique vient coup sur coup d’annoncer le départ de son président et un avertissement sur ses résultats. À la tête de Credit Suisse depuis seulement huit mois et demi, Antonio Horta-Osorio, présenté comme le sauveur de la banque, a été poussé vers la sortie il y a dix jours pour avoir enfreint les règles de quarantaine mises en place pour lutter contre la pandémie.

Dans la foulée, le groupe de Zurich, autrefois perçu comme un pilier du paysage financier mondial, a indiqué cette semaine avoir passé des provisions pour répondre aux différents litiges. «Les résultats du quatrième trimestre 2021 seront impactés négativement par des provisions pour litiges d’environ 500 millions de francs suisses (482 millions d’euros)», a-t-il prévenu dans un communiqué…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici