Netflix : 3 séries désopilantes à regarder ce week-end

Comme beaucoup de ses concurrents, le service de streaming Netflix a un catalogue très fourni de films et de séries comiques. C’est notre focus du week-end : on a sélectionné, parmi toutes les propositions de la firme de Los Gatos, celles basées sur des sketches.

S’abonner à Netflix >

Un vrai terrain de jeu pour des troupes de talent, et même un comédien américain qui se dédouble et retombe en enfance! Une précision : ces programmes sont réservés à un public adulte et averti. Leur point commun? Une énergie et une absurdité poussées jusque dans leurs moindres retranchements !

Ce week-end, on vous conseille donc Saturday Morning All Star Hits, Astronomy Club : The Sketch Show et Aunty Donna’s Big Ol’ House of Fun.

Quelles séries à regarder sur Netflix ce week-end?Une série nostalgique : Saturday Morning All Star Hits!

Synopsis

De vieux enregistrements VHS nous montrent les meilleurs épisodes d’une émission jeunesse à succès, Saturday Morning All-Star Hits (S.M.A.S.H.), animée par deux jumeaux, Skip et Baylor. C’est une parodie des programmes de dessins animés du samedi matin du début des années 1990, agrémentés de fausses pubs et bandes-annonces de films.

L’avis de CNET France

Si le Disney Club, Samdynamite ou Canaille Peluche ne vous disent rien, alors Saturday Morning All Star Hits! risque peut-être de moins vous parler. Il s’agit de dessins animés diffusés les week-ends en matinée, et qui ont bercé toute une génération de jeunes français de la fin des années 1980 et du début des années 1990.

Aux États-Unis, ces programmations jeunesse étaient également une institution, et Netflix a chargé le comique Kyle Mooney, régulier du Saturday Night Live, de livrer sa version… disons, particulière, de ces émissions cultes. L’aspect de la série fait donc écho à la télévision de 1991, filtre VHS à l’appui (Netflix le diffuse en haute définition, point de sabotage ici).

Mais l’animation crue et limitée de S.M.A.S.H. rappelle surtout des dessins animés cultes de l’époque : Denver le Dernier Dinosaure devient ici Randy, dino cool et déprimé après avoir rompu avec sa copine (la voix d’Emma Stone en VO) qui va trouver un peu de sens à sa vie en s’inscrivant à la fac. Les Bisounours deviennent ici les Gribounours, muses créatives et facétieuses d’un jeune graphiste dont le couple est tourmenté. Et on n’oublie pas les Animolosses, horde d’animaux costauds et sanguinaires qui atteignent la paix par des moyens… douteux.

Cerise sur le gâteau : les animateurs de l’émission, les jumeaux Skip et Baylor (campés par Kyle Mooney tous les deux), évoluent d’épisode en épisode alors que le premier – Skip – vole de plus en plus la vedette au second, et cabotine même en faisant des voix dans les dessins animés. Absurde et compétent dans sa recréation du kitsch des années 1990, Saturday Morning All-Star Hits vaut le détour!

  • Regardez la bande-annonce de la saison 1 :

 

Une série énergique :  Astronomy Club : The Sketch Show

Synopsis

Très éclectiques, les membres de l’Astronomy Club savent trouver un terrain d’entente pour nous faire rire avec leur sens de l’humour intelligent et décalé.

L’avis de CNET France

Créée en 2014, la troupe de l’Astronomy Club est la première entièrement composée d’Afro-Américains à se produire sur la scène prestigieuse de l’Upright Citizens Brigade Theatre. Et ses huit membres n’ont pas tardé à taper dans l’œil du créateur de Black-ish, Kenya Barris, qui leur a donné quartier libre pour leur propre série Netflix, fin 2019.

Entre leurs sketches, une parodie de Loft Story montre leur emménagement dans une villa et une cohabitation difficile, à base de cuisine ratée et d’imitations poussives de Ice Cube. De quoi faire connaissance.

Mais Astronomy Club : The Sketch Show met surtout en avant leur énergie commune, une dynamique de groupe très enthousiasmante, qui sont mises au service d’idées déjantées.

Parmi elles, une clinique de convalescence pour personnages noirs de films connus aidant les héros blancs, mais qui cherchent tout de même à s’affirmer, ou encore une joute verbale mortelle entre nobles du XVIIe siècle. Six épisodes aussi aboutis qu’attachants.

  • Regardez la bande-annonce de la série :

Une série déjantée : Aunty Donna’s Big Ol’ House of Fun

Synopsis

Le trio comique australien Aunty Donna illustre son style unique, absurde et décalé à travers une collection de sketches, de chansons et de personnages éclectiques.

L’avis de CNET France

Mark, Broden et Zachary sont Australiens, leurs personnages vivent dans une maison cosy en coloc, et c’est le comédien Ed Helms (The Office) qui les a repéré pour co-produire cette série. Voilà pour les présentations. Parmi notre sélection, c’est probablement le trio dont l’humour est tellement surréaliste qu’il défie toute description. C’est aussi celui dont l’humour va polariser : soit on aime, soit on déteste. 

Les épisodes ont très vaguement un enjeu, qui n’est jamais respecté (leur prestation aux Jeux Olympiques, par exemple, se fait hors-écran). Car Aunty Donna pratique le sketch comme d’autres deviennent champions de sports extrêmes : avec intensité et beaucoup de singularité.

Prendre la tangente à partir de concepts de sketches plutôt simples, c’est leur credo. Une chasse au trésor va refuser de se terminer, au grand dam de leur producteur Ed Helms qui tente d’intervenir pendant leur récréation. En vain. Une préparation pour un rencard collectif va dégénérer en un numéro de mime physique hilarant ; sans compter sur une fausse Ellen DeGeneres qui guide le gagnant d’un gros lot à travers un périple criminel puis métaphysique.

Bref, on recommande de savourer cette série comique et atypique épisode par épisode, d’autant plus qu’une saison 2 apparaît peu probable.

  •  Regardez la bande-annonce de la série :

 

À lire aussi : 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici