la start-up Padoa lève 80 millions d’euros

Ces fonds vont permettre à la jeune pousse française d’étoffer son offre et de recruter 60 personnes.

Padoa entend passer à la vitesse supérieure. La jeune pousse française, spécialisée dans la santé au travail, lève 80 millions d’euros, avec un nouveau tour de table mené par Five Arrows Growth Capital (FAGC), le véhicule d’investissement du groupe Rothschild & Co dédié aux PME européennes en forte croissance. FAGC rejoint au capital l’actionnaire majoritaire et historique, Kamet Ventures. Ces fonds vont permettre à Padoa d’étoffer son offre et de recruter 60 personnes. «Avec 200.000 entreprises et 2 millions de salariés qui utilisent notre logiciel, nous avons encore une marge importante de progression», déclare Cédric Mathorel, cofondateur de Padoa (140 salariés).

Avec sa plateforme, la start-up propose de faciliter la gestion des services de santé au travail (convocation aux consultations, prévention des risques professionnels…) entre l’entreprise et le salarié. Accessible à tous les intervenants, elle intègre aussi un outil de téléconsultation. Si ce secteur est encore peu digitalisé, le Covid a accéléré sa transformation. «La santé au travail est souvent vue uniquement comme une obligation réglementaire, relève Cédric Mathorel. Nous voulons apporter un maximum d’outils pour lui permettre d’avoir plus d’impact.»

Padoa compte parmi ses clients de grandes entreprises, comme Axa, Saint-Gobain ou Météo-France, qui ont leur propre service de santé au travail. Mais l’essentiel de son chiffre d’affaires provient de contrats souscrits par les services de prévention et de santé au travail interentreprises. Ce sont eux qui suivent 15 millions de salariés en France. Padoa, qui leur facture un abonnement annuel d’environ 9 euros par salarié, a enregistré l’an passé un chiffre d’affaires de près de 15 millions d’euros.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici