«Nous devons accompagner l’essor du commerce en ligne»

ENTRETIEN – Le ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) veut profiter des Assises du commerce pour «dresser un constat partagé avec l’ensemble des acteurs du commerce» et faire émerger des solutions pour l’avenir.

Aider les commerces à tirer profit de l’essor des ventes en ligne, plutôt que d’en subir les conséquences. C’est tout l’enjeu des Assises du commerce, annoncées par Emmanuel Macron en septembre et qui se dérouleront pendant trois semaines, à partir du 1er décembre. Quatre ateliers réuniront une cinquantaine d’intervenants venus d’horizons divers.

Des commerçants, des associations de consommateurs, des juristes, des géographes ou des syndicats débattront ainsi de l’avenir du commerce en France. En parallèle et dès aujourd’hui, une consultation citoyenne est organisée sur le site make.org pour que les Français donnent leur avis sur les formes de commerce qu’ils souhaitent voir perdurer ces prochaines années.

LE FIGARO.- Qu’attendez-vous des Assises du commerce?

Alain GRISET.- Il est indispensable que nous ayons en France une vraie politique du commerce, que nous n’avons jamais eu. Ce secteur emploie près de 2 millions de personnes. Une partie de ces emplois est menacée par la façon dont le commerce

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici