Test Dreame Bot W10 : notre avis

Les aspirateurs robots récents sont d’une grande aide pour ce qui est
d’effectuer leur tâche principale : aspirer les sols. Même les modèles à prix
modestes comme ceux qu’on trouve dans notre sélection des meilleurs modèles
arrivent à accomplir cette tâche de façon satisfaisante.

Ils sont toutefois rares à proposer aussi une fonctionnalité de lavage qui fonctionne vraiment. Seuls ceux proposant une serpillère à vibration arrivent à tirer
leur épingle du jeu. Celui que l’on nous a proposé de mettre à l’épreuve
aujourd’hui, le Dreame Bot W10 est conçu différemment et tente de séduire par
son système de nettoyage des sols avancés même s’il possède aussi cette capacité
d’aspiration.

Le colis que nous avons reçu est imposant, tout comme la station du robot, la
plus encombrante jamais testée. On trouve aussi la petite brosse latérale, les
deux brosses de lavage rotatives, un outil d’aide au nettoyage et un mode
d’emploi en plusieurs langues, dont le français.

C’est à la station que l’on s’intéresse en premier. En façade, deux boutons
de contrôle pour lancer le nettoyage et demander un retour à la station. Une
fois le robot en charge, celle-ci affiche aussi la progression de charge.

Sous le capot deux réservoirs vont servir à accueillir l’eau saine (en bleu),
et l’autre l’eau usagée (en noir).

Là où le robot prend place, on découvre le système qui va nettoyer et sécher
(à l’air chaud) les brosses après utilisation. La bonne nouvelle c’est que cette
partie, qui va forcément être mouillée et salie, peut être retirée grâce à deux
clips latéraux. Cela facilitera les nettoyages occasionnels entre plusieurs
utilisations.

Le robot a quant à lui une forme en D aux bords arrondis, ce qui lui
permettra de bien épouser la forme des coins de pièces. Il est plutôt haut
comparé à d’autres modèles et son capteur l’empêchera probablement de passer
sous certains meubles.

A l’intérieur on découvre le bac à poussière interne. D’une contenance de
450 ml il sera nécessaire de le vider régulièrement de façon manuelle, la
station ne proposant pas de récupération auto dans un bac dédié, ce que l’on
regrette.

Le brosse d’aspiration est logiquement placée à l’avant tandis que celles
servant au nettoyage se fixent ou s’enlèvent très simplement grâce à un système
magnétique. Seules deux brosses sont fournies à l’achat.

Il ira se positionner à sa station de charge à l’envers, les contacts étant
placés à l’arrière de l’appareil.

Cela pourrait ne pas avoir d’importance, mais l’accès au bac à poussière nécessite de soulever le capot de
l’appareil. Idem lorsqu’il s’agit d’utiliser le robot en mode aspiration seule
en retirant les brosses. La manipulation est toutefois simple et, une fois sorti
manuellement de cet espace, un simple appui sur l’icône « Maison » lui permet de
se remettre tout seul en place.

L’application à utiliser est celle de « Xiaomi Home » qui gère un grand nombre
d’appareils de marques diverses. Après création d’un compte, la procédure est
classique avec une connexion directe établie pour lui indiquer quel réseau Wifi
domestique utiliser.

Celle-ci propose de réaliser une première cartographie rapide. Si vous sautez
cette étape, comme on l’a fait, impossible de retrouver trace de cette
fonctionnalité, cela passera donc par un premier nettoyage en mode aspiration
seule. Pour son coup d’essai, le Dream Bot W10 nous a plutôt agréablement
surpris pour sa navigation assez précise et sa délicatesse. Cela ne l’a pas
empêché de coincer aux mêmes endroits que ses concurrents, un piège classique
dont peu se sortent sans blocage.

Il a été possible, sans que la cartographie soit complètement terminée, de
placer des barrières virtuelles pour éviter qu’il ne refasse plusieurs fois la
même erreur lors de l’exploration. Outre les murs virtuels, on peut aussi placer
des espaces rectangulaires à éviter, complètement ou seulement en mode nettoyage
des sols. Pour un premier passage, le robot a été particulièrement ordonné et
plutôt rapide par rapport à d’autres modèles avec une minute par mètre carré, ce qui s’améliore généralement
après la première reconnaissance.

Après ce premier passage puis un second, nous avons choisi de compléter la
cartographie en séparant les pièces manuellement. L’outil d’édition est assez
simple à utiliser et permet de différencier les pièces par des couleurs ou les
nommer de façon personnalisée.

Un des points négatifs de ce type de modèle est qu’il ne propose pas
d’évacuation automatique de la poussière récoltée malgré la taille imposante de
sa base. Il est donc nécessaire de vider le réservoir intégré en retirant le
robot de sa station. Cela est toutefois assez rapide comme opération même si
elle doit être répétée à chaque passage lorsque la quantité de poussière est
conséquente, comme en présence d’animaux.

L’autre particularité de ce modèle est qu’il n’intègre pas de réserve d’eau.
Là encore il faudra remplir plus fréquemment le réservoir d’eau de la station
puisqu’il s’en sert pour humidifier ses brosses en retournant régulièrement à la
base pendant le nettoyage.

Même avec les brosses en place et en fonctionnement le robot reste agile et
passe sans problème les obstacles en peu difficiles comme notre rail de baie
vitrée.

Testées volontairement sur un espace très souillé, les brosses ne font
toutefois pas de miracle. On ne lui en tient pas rigueur, c’est un problème
commun à tous les modèles que nous avons testés. Il fait toutefois beaucoup
mieux que les modèles à serpillère fixe classiques.

Sur les parties avec des salissures moins tenaces il se montre en revanche
plus efficace. Le fabricant recommande de ne pas utiliser de produit détergent,
probablement pour ne pas abimer le circuit d’eau. Nous avons encore une fois
triché avec un demi-bouchon de produit non moussant, ne serait-ce que pour
distiller une odeur de frais après le passage. Cela n’a pas gêné le
fonctionnement.

Le niveau de nettoyage est meilleur que ce que nous avons pu trouver sur un modèle
équivalent, le Yeedi Mop Station qui affiche toutefois un prix inférieur. En
cause la puissance d’aspiration supérieure sur le Dreame Bot W10, mais aussi une
cartographie et une navigation plus efficace. L’alternative au même prix peut se
trouver chez Roborock avec son S7 et sa serpillère vibrante ou chez Ecovacs avec
un Deebot T9+
à serpillère oscillante et sa station de récupération. Notez que
le format n’est pas tout à fait le même et que la fonction de nettoyage des
brosses du Dreame lui donne un avantage pour des sols très encrassés.

Au final on approche de plus en plus du format idéal pour un robot aspirateur
et laveur. Mais il reste encore trop de manipulations, notamment au niveau du vidage
de bac à poussière intégré et de la nécessité de retirer manuellement les
brosses pour une aspiration seule. Mais nous savons que de nouveaux modèles
intégrant cette problématique sont en préparation, on sait aussi que les prix vont encore
monter pour cette raison.

Malgré cela le Dreame Bot W10 représente une vraie aide pour le ménage à la
maison. Son aspiration est assez puissante pour permettre aux brosses de
nettoyer efficacement dans la plupart des cas. Elles sont nettoyées et séchées
après utilisation grâce à un filet d’air chaud et la base extractible permet
d’entretenir l’ensemble sans se contorsionner. De plus la navigation est bien au
point, le rendu cartographique pertinent et il fait preuve d’une grande agilité
dans ses déplacements.

Le Dreame Bot W10 a été annoncé en France le 20 janvier 2022, le fabricant propose de récupérer un coupon de réduction de 54€ sur sa page, il sera ensuite proposé à 889€ prix de lancement pendant un mois sur Amazon à partir du 11 février. Notez toutefois qu’il est déjà affiché sur le site de Boulanger à 749 euros (mais pas encore achetable).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici