le Rassemblement national peine à rassembler ses parrainages

INTERVIEW

Pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle
, les candidats doivent réunir 500 parrainages d’élus avant le 4 mars. Si pour certains, cela est plutôt aisé, pour d’autres cela devient laborieux. Invité d’Europe Matin mercredi, la président du Rassemblement national, Jordan Bardella
, est revenu sur les parrainages de la candidate de son parti. Selon le première liste du Conseil constitutionnel publié mardi, Marine Le Pen
n’a pour l’instant obtenu que deux parrainages. « Ce qui rend complexe et ce qui entraîne une difficulté supplémentaire pour tous les candidats, c’est que les parrainages ne sont pas anonymes et que beaucoup de maires craignent d’avoir des pressions », a-t-il affirmé sur Europe 1.

La liste définitive des candidats établie le 7 mars

Jordan Bardella ne craint pas de le dire haut et fort : « Aujourd’hui, nous n’avons pas les parrainages ». « J’en appelle aux maires pour leur dire que cela poserait un problème démocratique que Marine Le Pen ne puisse pas se présenter », tonne-t-il.

Emmanuel Macron
, pas encore candidat, arrive en tête de la course aux parrainages selon la première liste du Conseil constitutionnel. Derrière lui, Anne Hidalgo
(48 parrainages), Valérie Pécresse
(34 parrainages), Fabien Roussel (30 parrainages), Jean Lasalle (15 parrainages). Les autres candidats à l’élection présidentielle possèdent moins de 15 parrainages.

« On nous aura tout fait ! Jean-Luc Mélenchon, Eric Zemmour, Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen, nous avons les plus grandes difficultés du monde puisque les municipalités et les collectivités sont tenues en grande partie par la droite et par la gauche qui verrouillent le système », assène-t-il.

Depuis la loi du 6 novembre 1962, afin d’assurer une représentativité nationale, les parrainages doivent émaner d’élus de 30 départements, avec 50 parrainages par département au maximum. La liste définitive des candidats à la présidentielle sera établie le 7 mars par le Conseil constitutionnel mais Jordan Bardella l’assure, « il faudra revenir, après la présidentielle, sur l’anonymisation des parrainages ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici