Le logiciel espion Pegasus ne serait pas un cas isolé, une autre société est pointée du doigt

Les révélations de l’affaire Pegasus ont eu l’effet d’un séisme sur la scène internationale, notamment en raison des cibles de haute valeur évoquées et de l’ampleur du système d’espionnage mis en place.

En France, des marqueurs suspects attribués au spyware ont été retrouvés sur les téléphones portables de plusieurs membres du gouvernement, mais selon de nouvelles informations partagées par Reuters l’affaire ne s’arrêterait pas à Pegasus.

Un second logiciel espion ?

La société QuaDream aurait développé un logiciel similaire, Reign, qui serait lui aussi capable de pénétrer les défenses de l’iPhone. Contrairement à une attaque classique par phishing, les logiciels Pegasus et Reign ne nécessitent pas d’intervention externe comme ouvrir une pièce jointe ou un cliquer sur lien vérolé pour s’infiltrer dans un appareil. Il s’agit d’une attaque de type « zero click » qui est particulièrement difficile à éviter lorsqu’on est visé. 

Reuters a interrogé un chercheur en sécurité du Citizen Lab, un organisme de surveillance numérique, qui leur a indiqué que les capacités de Reign semblaient équivalentes à celles de Pegasus. On peut donc s’attendre à de nouvelles révélations dans les semaines à venir à propos des cibles éventuelles…

Pour approfondir le sujet :

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici