Veepee à la recherche d’un nouvel élan

DÉCRYPTAGE – L’ex-Vente privée, confronté au bouleversement du marché de la mode, se diversifie et fait évoluer son modèle.

À l’époque, les réseaux sociaux n’existaient pas, pas plus que le smartphone, et Amazon venait à peine de débarquer en France. En créant en novembre 2001 vente-privee.com, un site de ventes événementielles de fins de séries, Jacques-Antoine Granjon fut un pionnier. Vingt ans après, la plateforme, rebaptisée Veepee en 2019, est le 4e site français de mode en ligne, avec 3,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 66 millions de membres dans dix pays.

En deux décennies, la start-up de déstockage a considérablement évolué: elle s’est internationalisée (50 % de son chiffre d’affaires est réalisé hors de France) et a élargi le spectre des produits vendus, de la mode au voyage en passant par l’électroménager et la beauté. «Être créatif, innovant, c’est la clé pour durer», souligne Jacques-Antoine Granjon. C’est particulièrement vrai ces derniers temps, où la concurrence s’est durcie. Les Français sont retournés dans les magasins physiques ; surtout, ils ont à portée de clic une offre pléthorique.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici