Grève surprise sur le TGV Atlantique ce week-end

La SNCF contacte tous les passagers dont le train est annulé pour leur proposer un autre train le même jour, mais le nombre de places est très limité.

Le début des vacances de la Toussaint, ce week-end, sera gâché par une grève de la SNCF. Ce mouvement social ne concerne que les TGV circulant sur l’axe Atlantique. Mais il pénalisera beaucoup de voyageurs: notamment ceux qui partent en Bretagne (Paris-Rennes, Paris-Nantes) et vers le Sud-Ouest (Paris-Bordeaux). Et aussi des passagers qui empruntent ces lignes à grande vitesse, mais peuvent aller plus loin: par exemple à Vannes, en passant par Rennes, ou à Dax, en transitant par Bordeaux. Samedi et dimanche, deux TGV sur trois seulement circuleront et neuf sur dix ce vendredi.

«L’offre de transport sera réduite ce week-end sur les TGV inOui et Ouigo de et vers la Bretagne, les Pays de la Loire, le Centre-Val de Loire, la Nouvelle Aquitaine et l’Occitanie», a précisé la SNCF. Cette grève, que personne n’avait vu venir, fait l’objet d’un préavis déposé ce jeudi par la CGT-cheminots, SUD-rail et la CFDT-cheminots. Le motif: «Il y a un manque d’effectifs sur cet axe, affirme Thomas Cavel, secrétaire général de la CFDT-cheminots. Du coup, des agents se voient refuser de prendre leurs jours de repos. Et les journées sont de plus en plus longues.»

Piètres consolations

La SNCF contacte tous les passagers dont le train est annulé. Au mieux, elle leur proposera de les reprogrammer sur un autre train le même jour. «Mais il n’y a pas beaucoup de places, car c’est un week-end de grands départs», reconnaît-on à la SNCF. Sinon, le groupe proposera au client de le rembourser ou de changer son billet pour se déplacer à une autre date. Une piètre consolation quand on a prévu de partir en vacances. Mais, jeudi, la SNCF reconnaissait qu’il n’y avait pas d’espoirs de débloquer la situation avant ce week-end: «Des négociations sociales ont été menées et, malgré les avancées faites par la direction de l’axe TGV Atlantique, elles n’ont pas pu trouver une issue favorable à ce stade», soulignait l’entreprise publique.

À voir aussi -40 ans du TGV: «C’est une fierté industrielle, historique et humaine», se réjouit Emmanuel Macron

40 ans du TGV: «C’est une fierté industrielle, historique et humaine», se réjouit Emmanuel Macron – Regarder sur Figaro Live

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici