Leroy Merlin se diversifie dans le service

Le leader du bricolage veut couvrir tous les besoins de ses clients, de la conception des projets à la réparation.

Leroy Merlin veut devenir rien de moins que le «Google du bricolage». «Lorsque l’on cherche quelque chose sur internet, on passe presque toujours par Google, explique Thomas Bouret, le directeur général de l’enseigne en France. Nous voulons qu’il en soit de même pour nous s’agissant de l’univers de la maison. Nous voulons être l’évidence habitat en France.»

Leroy Merlin s’est fixé cette ambition de façon atypique. Tous les dix ans, l’ensemble des salariés en France – ils étaient 25.000 il y a deux ans et sont aujourd’hui 28.000 – sont invités à proposer leurs idées et à définir ensemble une stratégie pour l’entreprise pour la prochaine décennie. Le premier exercice de «vision» de Leroy Merlin, de 1995 à 2005, avait abouti au développement de l’offre décoration de l’enseigne et à féminiser sa clientèle. La deuxième vision, à partir de 2005, a amorcé son virage digital. La troisième projette le distributeur dans l’univers des services, pour couvrir tous les besoins des clients, de la conception…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici