Comment Engie compte sortir du nucléaire

DÉCRYPTAGE – Le groupe français est forcé par le gouvernement belge à fermer ses très rentables centrales.

Renaissance pour Engie. Après une année 2020 dans le rouge à cause de la pandémie, le groupe énergétique français a tiré parti de la crise énergétique et de la flambée des prix en 2021, affichant mardi un résultat net de 3,7 milliards d’euros, après une perte de 1,5 milliard en 2020. De premiers bons résultats annuels pour la nouvelle directrice générale du groupe, Catherine MacGregor, qui a pris ses fonctions au 1er janvier 2021.

Le groupe n’en reste pas moins en pleine transformation. La stratégie dévoilée à l’été 2020 par le président du conseil d’administration, Jean-Pierre Clamadieu, a été mise en place à vitesse accélérée. Le plan de cession, de taille XXL, est quasiment bouclé.

Il dépasse de plus de 3 milliards d’euros les objectifs de septembre 2020, à plus de 11 milliards, d’après les derniers chiffres dévoilés mardi. À l’automne 2020, Engie a vendu sa participation dans Suez à Veolia pour 2,9 milliards. Un an plus tard, il a cédé à Bouygues ses activités de service pour 7,1 milliards…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici